Nous n’oublierons pas…

Communiqué de presse du 26 mars 2020 :

Nous n’oublierons pas – il y aura des comptes à rendre… 
Nous n’oublierons pas les efforts surhumains faits par le personnel soignant en EHPAD face à une situation tragique qui s’accentue de jour en jour. L’heure est à la mobilisation et au rassemblement comme l’annonce le Président Macron – oui certainement. Mais si nous faisons face, dans la division, dans une période aussi terrible ça veut bien dire que le malaise et la souffrance des professionnels de santé que ce soit à l’hôpital, en EHPAD ou à domicile n’ont jamais été entendus.
La gestion essentiellement budgétaire, que nous subissons depuis des années nous amène aujourd’hui à ce constat dramatique révélé chaque jour par les médias.
Et pourtant, nous n’avons eu de cesse d’alerter par nos communiqués successifs, des appels au secours non entendus, pire nous étions souvent considérés comme excessifs et dérangeants.
En 2003, la canicule a provoqué un choc sociétal, suivi de nombreux plans, de lois, chaque gouvernement voulant prouver qu’il était à la hauteur de la situation et en capacité de faire mieux que ses prédécesseurs.
La souffrance des personnes âgées, la souffrance des soignants, des responsables d’établissements, la souffrance du milieu hospitalier, s’est heurtée à l’autisme de nos responsables politiques, des énarques, de ceux qui nous gouvernent et réfléchissent mieux que ceux qui sont sur le terrain. On voit le résultat. Où sont les masques, les blouses, les respirateurs, les tests et tous les accessoires indispensables servant à protéger la population ? Certains pays européens sont plus efficaces.
Seul le plan solidarité grand âge, le 27 juin 2006, osait parler de ratios de personnels dans les EHPAD afin de mieux accompagner nos aînés en renforçant les équipes. Qu’en est-il aujourd’hui ?
650 000 personnes en EHPAD, nous risquons d’assister à une hécatombe silencieuse. Si les EHPAD ne sont pas reliés au système hospitalier pour l’évaluation de la mortalité, les Agences Régionales de Santé ont pour mission de recenser les décès y compris dans les EHPAD. Volonté d’omerta du Ministère de la santé ou inadaptation des procédures ? Dans tous les cas nous réclamons une parfaite transparence.
La résilience n’empêchera pas les morts. Il y aura en fin de crise des comptes à rendre et nous serons plus que jamais présents et rassemblés.

Joëlle LE GALL et Henri HENAFF,

Présidente et vice-Président de BVE.bzh