Semaine de la Dénutrition

Semaine nationale de la dénutrition

La dénutrition : 670 000 Personnes âgées seraient concernées !

(400 000 à domicile et 270 000 en EHPAD )

Informer les personnes âgées, communiquer en organisant des conférences sur ce thème, échanger avec les professionnels du secteur, du domicile et des établissements : une priorité que BVE.bzh se donne et va poursuivre en 2021.
La dénutrition affecte 4 à 10 % des personnes âgées vivant à domicile et 15 à 40 % de celles vivant en institution. Associée à deux phénomènes liés à la prise d’âge : la sarcopénie (perte de la masse musculaire) et l’immuno-sénescence (diminution des capacités de défense de l’organisme), la dénutrition entraîne une perte d’autonomie donc une augmentation de la dépendance. Cette dénutrition est rapidement irréversible et entraîne la personne dénutrie dans une spirale morbide dont l’issue est fatale. Or diagnostiquée précocement, il est aisé d’intervenir pour corriger une dégradation de l’état nutritionnel. En cette période où nous sommes face à une épidémie d’origine virale avec un risque accru de morbi-mortalité chez les personnes âgées, il semble judicieux de maintenir un état nutritionnel satisfaisant et un système immunitaire fonctionnel Force est de constater à travers ces chiffres que les personnes âgées sont particulièrement vulnérables. Il est important que le personnel et la famille qui les entourent soient informés sur les conséquences irréversibles d’une mauvaise nutrition mais qu’ils sachent également ce que représente une bonne nutrition.
Si les formations sont nécessaires, elles s’adossent impérativement à des précautions journalières : le choix et l’association des aliments, le bon dosage journalier… le temps consacré aux repas.
Au niveau des EHPAD et de l’hôpital : Proposer une nourriture locale équilibrée et adaptée à chaque résident(e), élaborée par une diététicienne-nutritionniste, mais surtout disposer d’un nombre suffisant de soignants pour que ce repas soit réellement ingéré et d’un temps suffisant pour que l’aide au repas soit un moment de plaisir.
A domicile, s’ajoutent à ces recommandations un contrôle journalier du réfrigérateur afin de vérifier les aliments périmés et inciter la personne à manger « du frais » avec l’aide des aidants professionnels et familiaux qui l’entourent.
Espérons que cette semaine de la dénutrition convaincra tous les acteurs concernés de l’importance de la lutte contre la malnutrition et qu’elle sensibilisera nos politiques afin que nous disposions tous des moyens permettant de nous maintenir en bonne santé le plus longtemps possible, ce qui contribuera à soulager les caisses de l’assurance maladie.

Courriel : legall.joelle@wanadoo.frwww.BVE.bzh (29 – 35 – 56) – contact 06 61 46 02 43

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *